Imprimer

Cette année, la Loi sur l’Architecture fête ses 40 ans, l’occasion de présenter l’histoire de ce texte qui place la qualité du cadre de vie comme intérêt général et crée, entre autres, les C.A.U.E : Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement.

 

P1030831

Voté en 1977, ce texte fait suite à une série d’expérimentation via 12 missions de préfiguration lancées en 1974 lors de l’arrivée au pouvoir de Valéry Giscard d’Estaing. De cette période va naître une autre pratique de l’Architecture, portée par des architectes pionniers appelés « architectes aux pieds nus », militant pour la qualité des paysages et ramenant l’architecte au service de tous et du quotidien. La Loi donne aux C.A.U.E des statuts nationaux et leur confie quatre missions : le conseil et l’information aux particuliers et aux collectivités désireux de construire, rénover ou aménager ; la sensibilisation des scolaires et du grand public dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme, de l’environnement et des paysages ainsi que la formation des maîtres d’ouvrages et des professionnels. Association départementale financée principalement par une taxe sur les permis de construire, les C.A.U.E sont aujourd’hui présents dans 92 départements.

En Lozère, le C.A.U.E a été créé par arrêté préfectoral en janvier 1979 et sera effectif en 1983 avec l’embauche de deux salariés.

Ce mercredi 1er février à la maison Colucci, une trentaine d’adhérents du CER Benjamin Bardy se sont vu présenter cette structure départementale qui, depuis plus de 30 ans, veille à la qualité des paysages lozériens. Différents exemples de conseil, d’accompagnement, de formation et de sensibilisation leur ont été présentés afin de comprendre les enjeux du territoire lozérien et l’impact du CAUE sur le respect des lieux, le développement durable et le cadre de vie.

En conclusion de cette conférence a été  abordé l’avenir : réformes territoriales avec la modification des compétences pour les élus et notamment les communautés de communes mais aussi les enjeux majeurs autour de la transition énergétique, la qualité des paysages, la dynamisation des centres bourgs et la participation des citoyens à leur cadre de vie.