Imprimer

Pour sa conférence hebdomadaire, le Centre d’Etudes et de Recherches Benjamin Bardy avait invité ce mercredi 30 novembre Mme Bayle qui a présenté "La porcelaine de Saxe".

 

 

 

MeissenGroup JohannKaendler BMA

 

« Jusqu’au début du XVIIIème siècle la porcelaine blanche et dure venait de Chine et représentait un trésor convoité par tous les rois et les princes d’Europe. Elle était synonyme de prestige, de puissance et de bon goût. Mais les Chinois gardaient jalousement leur secret de fabrication. Les Européens, en particulier en Italie et en France, avaient testé d’innombrables recettes pour fabriquer cette substance magique si fine et si parfaite. Tous ces efforts se sont révélés vains jusqu’en 1708 lorsque, à l’issue de longues et fastidieuses expériences effectuées au fin fond d’un donjon sordide, un jeune alchimiste qui cherchait à fabriquer de l’or ne découvre la formule tant espérée.

 

Wellenspiel Platte wilder Mohn

 

Ainsi naquit à Meissen, en Saxe, non loin de Dresde, la première manufacture de porcelaine européenne. Le jeune homme s’appelait Johan Friedrich Böttger, il a été soutenu par Walter Ehrenfried von Tschirnhaus, un mathématicien et scientifique reconnu à l’époque, et le prince-électeur de saxe et roi de Pologne Auguste II, dit Le Fort a été le mécène de cette entreprise. Par la suite, deux grands artistes, Höroldt et Kändler qui étaient l’un peintre et l’autre sculpteur, ont largement contribué à l’essor de cette manufacture, qui a survécu aux vicissitudes de l’histoire et du temps, et qui existe encore de nos jours, même si elle n’est plus la seule et l’unique. »

media 

 

 

 

  Le CER tient tout particulièrement à remercier Mme Bayle pour son passionnant exposé.

 

 © CERBB