Imprimer

 

  

   Quelques facettes des ces années où les habitants de Marvejols ont été confrontés - à partir du 3 septembre 1939 -  à de multiples situations fort diverses mais surtout complexes, tel fut le sujet de la conférence proposée par monsieur Daniel CASTANIER, créateur et responsable du" Petit musée des deux Albert".

 daniel castagnier

Daniel Castagnier

musee

Petit musée des deux Albert

Les premières mesures toucheront à l'organisation de la défense passive , avec la mise en application des circulaires élaborées dès 1936  afin de se  protéger des attaques aériennes.

 

La ville sera ensuite confrontée à la nécessité de devoir héberger des réfugiés en provenance de la région parisienne mais aussi des familles juives . Certaines de celles-ci étaient déclarées en préfecture mais bien d'autres arriveront sous de fausses indentités ; elles feront alors l'objet de régulatisation à partir  de 1946.

Il lui faudra aussi accueillir des réfugiés des Bouches-du-Rhône et de l'Hérault, un contingent important de la Garde mobile de Montpellier, l'installation du groupement des Chantiers de jeunesse et enfin les troupes " d'Opération" SS croates...

Au fil des jours, la vie quotidienne sera rythmée par toutes les contraintes du ravitaillement qui, petit à petit, devra s'adapter pour tenir compte des produits manquants.

Par exemple, pour les légumes, les jardiniers professionnels de la ville feront de gros efforts pour augmenter leurs surfaces cultivables ...

 

A ces aspects pragmatiques du quotidien, le conférencier remit en mémoire,  rappela et analysa  plusieurs faits historiques notamment certains tragiques et douloureux liés à la Résistance  tels les très lourdes conséquences des arrestations au Château de Saint-Lambert, la tragédie de Barjac...

st lambert

 

mausolee

 Stèle près de Barjac

 

Seront aussi  rappelés  les troubles divers entraînant la démission du maire , le retour des prisonniers et déportés accueillis triomphalement par un flot de Marvejolais montés jusqu'à la gare...

Daniel Castanier évoqua ensuite plusieurs familles marvejolaises et  Henri Cordesse.  cordesse

      * la famille Camille Gaillard  notamment sa fille Camille , épouse de René Alla alors prisonnier, 

      * la famille Jeanne Pagès , 

Elles auront le grand hommeur d'être déclarées  "Justes parmi les Nations" devenant ainsi les représentants de toutes ces famille marvejolaises - restées dans l'anonymat-  mais qui avaient su prendre les risques nécessaires pour accueillir et cacher cette communauté juive...

Quant à Henri Cordesse , après le rappel de son engagement de résistant, fut lue sa correspondance avec les autorités de la cité, dans laquelle il remerciait le maire Podevigne et son Conseil municipal pour l'honneur qu'ils voulaient lui faire en rebaptisant la "Place Thiers" par  "Place Cordesse"  au moment où il quittait ses fonctions de Préfet de la Libération  de Lozère.

 

 place

 

 

 

  Album photo Marvejols 1945 

 

ceremonie place

                             Cérémonie militaire Place Thiers

ceremonie2 place

                                                           Défilé rue de la Laine, Marvejols

 

pendaison

                                                                                                 Effigie d'Hitler pendu à Marvejols

 

gare

Devant l'hôtel Teissier à Marvejols                                                      Madame Teissier, grande résistante.

 

 

 [Madame Odette Teissier - fidèle adhérente du CERBB - nous a transmis ces photos, extraites des ses archives familiales. Grand merci ! ]                      

 

 Monsieur Castanier à travers cet exposé chronologique  - extrêmement riche en documents pour certains inédits et  en anecdotes  - a permis  de faire remonter maints souvenirs aux plus anciens des auditeurs  mais surtout de faire connaître aux plus jeunes  ce que fut le quotidien de la cité marvejolaise, sans nul doute semblable à beaucoup d'autres petites villes françaises...

 

 

salle

    Photos : © D.Mathieu