Imprimer

Pour sa première réunion hebdomadaire de l’année, et afin de bien commencer 2017, le Centre d’Études et de Recherches Benjamin Bardy avait invité le poète lozérien Léon BOURRIER, dont la présentation n’est plus à faire.

 P1030790

Auteur de dizaines d’ouvrages, ils sont tous en poésie, sauf celui qu’il a analysé pour nous ce mercredi 11 janvier 2017.

« Kham le laotien ou l’impossible amour » est en effet écrit moitié en prose et moitié en rimes. C’est l’histoire un peu triste mais tellement belle d’Elle et de Lui, mais qui peut être applicable à tout le monde. Signalons au passage que l’ouvrage a été couronné par l’Académie des Poètes Classiques de France.

Léon BOURRIER nous a décrit le Laos, le pays « au million d’éléphants », qui est parmi les dix nations les plus pauvres de notre monde. S’il compte de nos jours un peu moins de sept millions d’habitants, il a connu, hélas comme tant d’autres,  de tristes épisodes de guerre ; il  n’en demeure pas moins fort attachant, car c’est un pays où la poésie est bien souvent mise à l’honneur ; d’où l’intervention de l’auteur.

Le poète a ensuite échangé avec une consœur, un grand nombre de lettres intimes, que les deux personnages du livre ont envoyées ou reçues, au cours de leur relation amoureuse en ce pays lointain. Bref, que des lettres d’amour en effet, qui rehaussent la beauté littéraire de l’ouvrage, et qui ont tenu dans un silence d’anges, autrement dit sans faille, les nombreux présents, venus écouter les secrets du conférencier. Ce fut donc une très belle histoire vécue, dont on redemande...

 

© CERBB