Imprimer

 

Par grand soleil, un groupe du CERBB, sous la conduite de Gilbert Fages, archéologue,  s'est retrouvé le 27 juin 2018 à Marvejols

pour un après-midi consacré plus spécialement à la conservation des monuments mégalithiques et des sites archéologiques - un enjeu européen -   autour de la cité.

groupe

 Le groupe devant l'Office du Tourisme.

La visite du "Musée", porte de Soubeyran ( accès libre depuis les locaux de l'Office du Tourisme ) , condensé des découvertes des chercheurs locaux - Marie de Marnhac, René Alla, Gilbert de Chambrun, Lucien Rivet, Alain Vernhet...- permet d'entrevoir les plus anciennes traces de l'homme préhistorique en quête de silex à Saint-Léger-du-Malzieu dès le Paléolithique moyen. Ce site d'un grand intérêt, signalé en 1866 par l'abbé Delaunay, reste fort méconnu même si une pléiade de savants y a été un jour confrontée ( Boule, de Malafosse, Morel, Breuil, Cheynier, Hugues, Combier etc...).

A l'étage au-dessus, la restitution du contenu de la chambre funéraire du dolmen du Crespin est une introduction directe à la sortie  de terrain vers trois dolmens encore visibles : sur le plateau du Poujoulet les monuments 1 et 3 de Valadou (les 2 et 4 ont été victimes des aménagements du foncier au cours des trois dernières décennies) et à Chirac, versant de La Fare, la Chazelle Notre-Dame, aujourd'hui étouffée par l'urbanisation du coteau.

Photo 23

 

dolmen crespin

 

 

montage chabannes

Restitution de la sépulture.

 

 Direction le plateau du Poujoulet et ses dolmens - Valadou 1 et 3 - encore visibles...

   

montage valadou

 

Photo 1

 

Gilbert Fages est venu débroussailler !

Photo 4

 

Photo 6

 

A Chirac: le dolmen de La Fare.

Photo 9

 

Photo 10

 

Photo 7

 

La tournée a pris fin à la nécropole rupestre de Malbousquet (échangeur autoroutier de Saint-Germain-du-Teil). Située au coeur d'un groupe de six sites comparables, non compris son prolongement aveyronnais, elle englobe une vingtaine de tombes individuelles  taillées dans un affleurement de grès arkosique, constante lithologique démentie une seule fois par le choix de la dolomie près de Rouges-Parets en bordure du causse de Sauveterre.

Photo 11

Photo 13

Photo 14

De chaque côté, une saignée pour l'évacuation de l'eau.

 

Photo 16

 

malbousquet tombes tete

Une des tombes comporte l'emplacement de la tête.

Les tombes anthropomorphes apparaissent dans le midi de la France après le milieu du V°s. pour disparaître au cours du VI°s, avant d'être à nouveau en usage entre le IX° et le XIII°s. L'actuelle pénurie documentaire contraint à accepter cette très large fourchette chronologique V°-XIII°s.

-------------------------------------------------  

 

Tout au long de la visite, Gilbert Fages, retraité du Service régional d'archéologie ( SAR), ayant suivi professionnellement les dossiers lozériens ( 1983-2003), souligne les difficultés récurrentes liées à la sauvegarde de ces monuments plurimillénaires souvent spectaculaires et pourtant si fragiles !

     → même protégés au titre des Monuments Historiques, - exemple de l'ensemble du Poujoulet-Valadou 1, 3, 4 - ce qui n'a pas empêché la destruction intégrale du n° 4 par les travaux subventionnés de remise en culture de la parcelle.

     → rappel aussi du tout récent déplacement et de la dégradation de deux menhirs classés et remis à la verticale en 1982 ( dont la Pierre des Trois Paroisses) sis sur l'une des dorsales calcaires des Bondons.

Il est plus que temps de stopper l'érosion de ce capital départemental,  principalement caussenard, "enjeu européen" selon l'intitulé d'un ouvrage * récent dédié aux " Actes du séminaire sur la conservation et la mise en valeur des sites mégalithiques" qui s'est tenu à Toulouse en 2009. Il est clair que le problème est général mais il est alarmant, pour ne pas dire tragique, et de constater qu'il est hyper aigu chez nous !

Evidemment, la sauvegarde dépend d'abord de la connaissance : inventaire global selon un protocole désormais parfaitement rodé, autorisé et contrôlé par les services régionaux de l'Etat, études pluridisciplinaires et publications monographiques de cas. Il est pénalisant et regrettable que les directives actuelles n'encouragent plus ce genre de fouilles étendues à l'enveloppe tumulaire ainsi qu'à ses abords immédiats...

Un sursaut massif tant de la population résidente que de passage est nécessaire afin d'inciter les divers services gestionnaires et donneurs d'ordres à plus de rigueur, tout simplement au respect de la loi !

Texte  :  © Gilbert Fages

Photos : © Daniel Mathieu et  Jean-Marie Gazagne.

 

 Ouvrage récent - recommandé par  G.Fages - pour prolonger la réflexion  sur  la conservation et la mise en valeur des sites mégalithiques.

livre